Histoire de la ville

Des témoignages d’une occupation du site de l’Huttenberg à l’époque du Bronze Final indiquent qu’il y a là un point de passage important pour accéder de la plaine du Rhin au plateau du Sundgau. La région ne manque pas non plus de ressources diverses comme la vigne mais aussi les produits de l’élevage, ce qui fait que l’abbaye de Murbach, seigneur de la localité, trouve facilement ses vassaux pour recevoir la localité en fief et notamment les Zu Rhein de Bâle.

Le moulin mentionné pour la première fois en 1403 prouve également une activité céréalière prospère. Cette double caractéristique, l’importance du passage et la richesse du terroir, explique les malheurs du village au cours des âges. Les armées qui passent l’incendient (1427), ou sont cause de son incendie (Armagnacs 1447), ou le prennent comme objectif de raid (les Soleurois en 1499) et pendant la Guerre de Trente Ans il subit les mêmes malhaures, amplifiés peut-être, que la plupart des autres villages de Haute Alsace : il reste 46 habitants.

En 1674 les troupes de Turenne y séjournent, en 1676, celles du duc de Luxembourg et pendant la guerre de la Révolution il est choisi comme base de quartier général par les Généraux. En 1944, c’est là que débouche la Première Armée française 9ème Division, venant de Belfort et menant, le long de la frontière franco-suisse, son offensive en direction du Rhin.

Soumis à tous les aléas des guerres, le château de Hésingue a totalement disparu. La paroisse appartenant au domaine de l’évêque de Bâle jusqu’à la Révolution.

Pour plus d’informations sur l’histoire de Hésingue, veuillez consulter:
www.histoire-hesingue.fr

Histoire de Hésingue

Habitat de hésingue au 18e-19e